NPA Révolutionnaires

Nos vies valent plus que leurs profits
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Palestine

Lors d’un déplacement en Israël, Niki Haley, ancienne rivale de Donald Trump à l’investiture républicaine, s’est amusée à écrire un petit mot sur un obus israélien destiné à être tiré vers le sud Liban. Le court message disait : « Achevez-les tous ! » Du meilleur goût. La scène a été immortalisée dans une vidéo filmée fièrement par Danny Danon, député du Likoud, le parti de Netanyahou, et ancien ambassadeur de son pays à l’ONU. C’est à ce genre de détail que l’on mesure le cynisme et l’inhumanité de ces gens-là.

Le député insoumis Aymeric Caron a réalisé un documentaire intitulé Gaza depuis le 7 octobre agrégeant sept mois d’images de la guerre dans la bande de Gaza. Il a utilisé des vidéos de journalistes palestiniens, de médias français et étrangers, de l’armée israélienne et d’habitants gazouis. Il a été présenté le 29 mai dans la salle de cinéma de l’Assemblée nationale. Selon Aymeric Caron, « seuls 10 députés sur 576 » s’étaient inscrits à la projection. Au final, une quinzaine y a assisté. « Cette Assemblée me fait honte ! », a-t-il pesté sur les réseaux sociaux. Rappelons que le 14 novembre dernier, un autre film, compilé cette fois par les autorités israéliennes sur le massacre commis par le Hamas le 7 octobre et montré à l’initiative du député Renaissance Mathieu Lefèvre, président du groupe d’amitié France-Israël, avait réuni plusieurs dizaines de députés dans la même salle. Preuve que chez nombre d’élus, certains massacres sont plus dignes d’attention que d’autres.

Plus de personnes vont mourir parce que les évacuations médicales depuis la bande de Gaza ont complètement cessé depuis le début des bombardements israéliens sur Rafah il y a trois semaines, déplore l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’OMS plaide depuis longtemps pour un accès permettant d’évacuer davantage de personnes gravement malades ou blessées du territoire palestinien ravagé par la guerre. Alors que des milliers de Palestiniens ont besoin d’une évacuation médicale urgente, très peu de personnes y ont jusqu’ici été autorisées. Mais depuis qu’Israël a commencé à bombarder Rafah « toutes les évacuations médicales ont brusquement cessé », signifiant que davantage de personnes meurent dans l’attente de soins, a déclaré la porte-parole de l’OMS, Margaret Harris, qui affirme que « quelque 10 000 personnes doivent être évacuées […] pour recevoir le traitement médical dont elles ont tant besoin ». Parmi elles, plus de 6 000 souffrent de traumatismes et au moins 2 000 sont atteintes de maladies chroniques graves. Mais le boucher Netanyahou, habitué des crimes contre l’humanité, ne veut rien entendre…

Nouveau massacre perpétré par l’armée israélienne. Cette fois les tirs ont ciblé un centre pour personnes déplacées géré par l’agence de l’ONU pour les réfugiés au nord-ouest de Rafah. Au moins 45 personnes ont été tuées et 249 autres blessés. Beaucoup d’entre elles ont péri brûlées vives dans les incendies provoqués par les tirs dans ce campement de tentes et qui n’ont pas pu être éteints par manque d’eau. Comme d’habitude, les autorités israéliennes ont affirmé qu’elles visaient « un quartier général du Hamas ». Netanyahou et ses acolytes, forts de l’appui ouvert des États-Unis et tacite des autres puissances occidentales, continuent leur œuvre de mort en ignorant superbement les appels à l’arrêt de leur offensive lancés par la Cour internationale de justice. Le dernier bilan de leur bain de sang fait état de 36 050 Palestiniens tués.

L’armée israélienne a autorisé des colons israéliens à retourner dans trois anciennes colonies en Cisjordanie occupée dont l’accès leur avait été interdit depuis l’évacuation ordonnée en 2005. Les trois colonies – Sa-nur, Ganim et Kadim – sont situées près des villes palestiniennes de Jénine et de Naplouse, toutes deux des bastions des militants palestiniens. Dans le même temps, l’armée israélienne a lancé un raid sur Jénine faisant sept morts dont Oussaïd Jabarine, chirurgien à l’hôpital public de la ville. Tout un symbole…